Les bois de structure

Pour réaliser ses ouvrages, le charpentier est amené à utiliser différents types de bois en fonction des constructions.

  • Bois massifs structuraux
    • Bois sciés : pièces de bois obtenues à partir de grumes ou de pièces de bois de plus fortes dimensions, par enlèvement de matières dans le sens longitudinal, complété éventuellement par un tronçonnage et/ou un usinage supplémentaire en vue d’obtenir le niveau de précision requis.
      Ces pièces entrent dans la constitution d’un ouvrage et ont comme fonction principale la résistance aux actions appliquées à cet ouvrage.
      Le bois sciés.
       
  • Bois ronds structuraux
    • Bois ronds : bois abattus ébranchés, écimés, ayant été tronçonnés ou non, et destinés notamment à la réalisation d’équipements extérieurs tels que clôtures, barrières, poteaux, etc. Les utilisations dans les constructions se limitent aux bâtiments en bois massifs composés de rondins empilés et aux bâtiments agricoles.
       
    • Rondin : tronc d’arbre écorcé, employé sous sa forme naturelle (ou peu modifiée), pour la réalisation de parois ou de poteaux.
       
  • Bois aboutés
    Association par collage bout à bout de 2 ou plusieurs lames de bois massifs.
    On rencontre couramment les cas suivants : des membrures pour poutres en I, des pannes en bois massifs ou des chevrons.
    Le bois abouté.
     
  • Bois lamellé collé
    Elément structurel obtenu par collage de lamelles de bois dont le fil est généralement parallèle.
    Le lamellé collé peut être dit horizontal ou vertical suivant la direction des plans de collage.
    Le lamellé collé permet de façonner des poutres de formes complexes et de grandes longueurs.
    Le bois lamellé collé.
     
  • Bois contrecollés
    • Bois massifs contrecollés : association par collage à plat de 2 ou plusieurs lames de bois massifs. L’intérêt de ce procédé est d’obtenir des poutres longues en bois massifs avec de fortes sections.
      Bois massifs contrecollés.

       
    • Bois contrecollés aboutés : association par collage (de parties) de poutres contrecollées élémentaires.
      On rencontre les principaux cas suivants : collage de poutres aux surfaces planes pour augmenter la hauteur ou la largeur, poutres caissons, collage de tranches de poutres pour la réalisation de bandeaux circulaires.
       
  • Lamibois (ou LVL)
    Le terme lamibois est l’équivalent français officiel du terme LVL (Laminated Veneer Lumber).
    Il désigne un matériau composé de placages minces de bois recollés à fil parallèle.
    Matériau à vocation essentiellement structurelle, il se présente en plateaux larges, dans une gamme d’épaisseur variant en fonction du nombre de plis assemblés (épaisseur unitaire de l’ordre de 3 mm) et en longueurs importantes.
    On l’utilise soit sur chant, directement comme poutre à section rectangulaire pour franchir de très grandes portées, car il possède une résistance transversale supérieure au lamellé collé, soit comme un panneau autoporteur à plat, en support de couverture ou en plancher.
    Lamibois (ou LVL : Laminated Veneer Lumber).
     
  • Bois reconstitués
    On considère ici deux produits relativement proches obtenus par recollage de placages, désignés par leur sigle nord-américain en raison de leur origine :
    Le bois reconstitué.
    • Les PSL (Parallel Strand Lumber) : éléments longilignes constituant une gamme de dimensions de poutres de structures. Ils sont constitués de bandes de placages étroites et longues (chutes de placages de 3 mm par 2 400 mm) disposées à fils parallèles, encollées et pressées en continu.
       
    • Les LSL (Laminated Strand Lumber) : éléments plans (en plateaux) à l’instar des LVL. Ils sont constitués de bandes de placages étroites plus courtes que celles des PSL (environ 3 x 30 x 300 mm) disposées à fils parallèles, encollées et pressées.
       
  • Poutre composite (poutre en I)
    • Poutres prismatiques dont la section est composée de membrures en bois ou en matériaux dérivés (lamellé collé, contrecollé, lamibois, ...) et d’âme(s) en bois, panneaux dérivés du bois, ou métal, dont la liaison avec les membrures est assurée soit par des assembleurs mécaniques, soit par collage.
       
    • Les poutres composites, dont les principaux emplois dans le bâtiment sont les solivages de plancher et les pannes ou chevrons de couverture, sont parfois utilisées en poteaux d’ossature pour des parois à très forte isolation ainsi que pour la réalisation de petites fermes portiques.

      Poutre en I. Poutre en I.