L'emballage

Informations générales

Si l'on associe plus facilement l'activité des scieries aux plateaux et madriers utilisés en charpente, construction bois, menuiserie ou encore ameublement, n'oublions pas la production d'emballages en bois. Cette activité représente en effet près de 25 % des sciages produits en France (Source : SYPAL).

Ces emballages, bien que passant souvent inaperçus aux yeux du grand public, sont en fait omniprésents dans des usages qui se déclinent en familles différentes : l’emballage industriel, l’emballage léger, la palette, la tonnellerie, … 

En Alsace, la production de palettes est par exemple estimé à 3 500 000 par an, ce qui démontre une forte activité dans ce secteur.

 

Le marché de l'emballage bois

Le secteur de l’emballage en bois est très dépendant d'autres secteurs comme l’agroalimentaire (emballages légers, tonnellerie) qui représente l’essentiel de ses débouchés, le transport et la logistique (palettes, caisses, emballages sur mesure), mais aussi d’autres secteurs industriels.

Cette activité est en outre caractérisée par :

  • une concurrence très forte sur le segment de la palette,
  • l'existence des matériaux de substitution comme le plastique et le carton ondulé,
  • la dépendance aux intempéries, notamment pour les fabricants d’emballages pour fruits et légumes, très liés aux marchés agricoles, eux-mêmes marqués par les aléas climatiques.

 

Les produits de l'emballage bois

L'emballage léger en bois

Longtemps destiné au transport ou à la protection des produits, les emballages légers sont de plus en plus utilisés également pour la promotion des produits du terroir ou haut de gamme.

L’ADEME, en partenariat avec le SIEL (Syndicat National des Industries de l’emballage légers) et la CSEMP (Chambre syndicale des emballages en plastique) a réalisé en 2010 le bilan carbone et l’analyse du cycle de vie comparée de l’emballage en bois, en plastique ou en carton.
Cette étude a permis de montrer que l’emballage léger en bois est beaucoup plus respectueux de l’environnement qu’un emballage en plastique ou en carton (consommation d’eau, émission de gaz à effet de serre, etc.) et que l’impact environnemental de la fabrication des emballages légers en bois est quasiment neutre ! (source SIEL)
 

Pour plus d'informations : http://emballage-leger-bois.fr/?q=node/26

 

De plus, le consortium scientifique français EMABOIS a confirmé :

-  l’aptitude du bois au contact alimentaire (pin, peuplier et épicéa)

-  que le bois est prêt à se substituer aux matériaux non-renouvelables pour le 21ème siècle.

>> Téléchargement du communiqué de presse

 

La palette


Comme évoqué ci-avant, la fabrication de palettes, caisses et caisses-palettes en bois est importante en Alsace.
 

Source : Scierie Feidt

La campagne de communication menée par le SYPAL (Syndicat de l'Industrie et des Services de la Palette), et intitulée "La palette bois enfonce le clou", explique notamment les atouts de la palette en bois (Ex: meilleure résistance à la charge, solution économique, atout environnemental, possibilité de valorisation ultérieur en énergie, etc.).

>> Téléchargement de la plaquette "La palette bois enfonce le clou"

 

La tonnellerie

La tonnellerie se porte bien, avec une activité d'exportation très importante notamment vers les États-Unis. La demande nationale est aussi conséquente, notamment avec les régions de Bordeaux, de Cognac et la Bourgogne, principales régions consommatrices de fûts neufs. Ce secteur d'activité est en croissance. La France reste leader en la matière, tant sur la qualité des bois proposés, qu'en matière de savoir-faire.

 

Zoom sur la norme NIMP 15

Une norme internationale réglemente les matériaux d’emballage à base de bois
Les emballages faits à partir de bois non traité peuvent entraîner l’introduction et la dissémination d’organismes nuisibles. Etant donné qu’il est souvent difficile de déterminer l’origine des matériaux d’emballage en bois, une norme internationale relative à la réglementation des matériaux d’emballage à base de bois a de ce fait été adoptée. Il s’agit de la norme NIMP15.
L’objectif de cette norme est de réduire, de façon significative, la dissémination d’organismes nuisibles.

Les entreprises françaises souhaitant exporter leurs produits vers les pays ayant mis en place les exigences prévues par la norme NIMP15, doivent donc se mettre en conformité phytosanitaire avec la norme NIMP15 des emballages en bois destinés à l’exportation.

Pour plus d'informations : http://draaf.alsace.agriculture.gouv.fr/Les-emballages-en-bois-et-la-NIMP

 

Source : GIPEBLOR